Archives

démarche jubilaire à la cathédrale de Fréjus le 12 Novembre 2016.

Sous la conduite de notre père Samson, en cette fin d’année de la Miséricorde, nous avons effectué une démarche jubilaire à la cathédrale de Fréjus

Rappel:

Du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016, l’Eglise catholique célébrera une Année Sainte extraordinaire. Ce « Jubilé de la Miséricorde » débutera par l’ouverture de la Porte Sainte à la basilique Saint-Pierre de Rome, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception et se terminera par la solennité du Christ Roi.

L’annonce d’une Année Sainte extraordinaire a été faite à l’occasion du deuxième anniversaire de l’élection du Pape François, durant l’homélie de la célébration pénitentielle par laquelle le Saint-Père a lancé l’initiative « 24 heures pour le Seigneur ». Proposée par le Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, celle-ci promeut dans le monde entier l’ouverture extraordinaire des églises pour inviter à l’adoration du Saint-Sacrement et la célébration du sacrement de réconciliation. Le thème de cette année est tiré de la lettre de Saint Paul aux Ephésiens : « Dieu riche en Miséricorde  » (Ephésiens 2,4).

La miséricorde est un thème que le Saint-Père affectionne tout à fait spécialement. En effet, déjà quand il était évêque, le Pape François avait choisi comme devise « Miserando atque eligendo». Il s’agit d’une citation tirée des Homélies de saint Beda le vénérable qui, dans son commentaire de l’épisode évangélique au sujet de la vocation de Saint Mathieu, écrit : « Vidit ergo Jesus publicanum et quia miserandum atque eligendo vidit, ait illi Sequere me » («Jésus vit un publicain et comme il le regarda avec un sentiment d’amour et le choisit, il lui dit : Suis-moi»). Cette homélie est un hommage à la miséricorde divine. Une traduction de la devise papale pourrait être : « Avec des yeux de miséricorde ».

L’accomplissement du jubilé dans la personne et le message du Christ

Dès le début de son ministère public, Jésus-Christ reprend la tradition patriarcale et prophétique du jubilé en montrant qu’elle trouve en lui son accomplissement définitif. Alors qu’il est invité dans la synagogue de Nazareth, à lire l’oracle du prophète, Isaïe annonçant l’ouverture d’une « année de grâce du Seigneur ». La libération des opprimés et l’annonce de la bonne nouvelle aux pauvres, il proclame :

« Aujourd’hui s’accomplit à vos oreilles ce passage de l’Écriture ».

Luc 4, 21

Cet aujourd’hui dont parle le Christ rompt d’une certaine manière l’obligation rituelle de la pratique du jubilé. Il ne faut plus attendre sept ans et encore moins cinquante pour libérer les opprimés et prendre soin des pauvres. La libération s’accomplit par la grâce et la miséricorde du Christ et l’apôtre Paul rappelle qu’elles sont de chaque instant :«C’est maintenant le moment favorable, c’est maintenant le jour du salut» (2 Corinthiens 6, 2).