Archives

Père PhilippeDieu vit que cela était bon. Il eut un soir et il eut un matin…

Dieu vit que cela était très bon. Il eut un soir et il eut un matin. Les jours passent et ne se ressemblent pas: « voici que je fais toutes choses nouvelles ». Dieu vient pour nous étonner. Il vient surprendre nos certitudes et corriger nos atermoiements. Lui n’est jamais surpris par nous. Quand Il nous mène au désert, Dieu n’est point mis en déroute par le sublime et ou le vil qui essaiment les espaces de l’antique jardin secret de notre âme plusieurs fois assaillis par le mortel ennemi. Désormais une hostilité est mise entre les suppôts de la bête et la descendance de la

Nouvelle Eve. L’entrainement pour le combat spirituel est ouvert. Pendant quarante jours et après, par l’aumône, la prière et le jeûne l’homme nouveau crée à l’image du Nouvel Adam arpentera les sentiers de la gloire qui croisent les chemins de la croix où Dieu relève le pauvre de la cendre pour qu »il siège parmi les princes, parmi les princes de son peuple.

Voilà ce qu’opère l’Amour incommensurable du Père.

Il eut un soir de la pâque juive, il eut le matin de Pâques, ce fût le Jour nouveau, le huitième du nom. Jour de joie et de victoire, jour qui n’aura pas de fin, jour qui n’aura pas de soir.

Bon cheminent de carême,

Bonne montée à Jérusalem