Archives

Echo des Paroisses de l’Issole – 04/05/2018

EDITO :  Un seul cœur et une seule âme: fruit d’une communauté ressuscitée!

Cliquez pour télécharger

Même si le printemps n’a pas pris son temps, que l’été s’annonce précocement avec des températures hors saison,  bourgeons et  floraison des arbres nous signalent sa présence. La nature se renouvelle et nous introduit symboliquement dans le cycle de Pâques, temps de passage et du renouvellement par excellence !
A Pâques, le Christ qui sort du tombeau, symbole du vieil homme délaissé, introduit l’humanité dans un processus de rajeunissement et de renaissance, signe de l’homme nouveau retrouvé de l’Apôtre Paul.

Dans le précédent EPI, je m’évertuais à trouver les preuves de la résurrection du Christ. Certes le Tombeau, avec les linges sépulcraux « affaissés » – expression étymologique de St Jean – reste l’unique fait objectif qui témoigne de l’action d’une force surnaturelle : Dieu a soutiré le corps de Jésus sans rien déranger !
Le tombeau vide reste donc le mystère d’une présence-absence. Absence d’un Dieu qui ne se laisse pas enfermer, ni être cantonné dans ce lieu hostile et tragique pour les hommes. Présence d’une nouvelle dynamique, celle de la lumière qui chasse les ténèbres, de l’amour qui détruit la haine et de la communion qui phagocyte les germes de division dans la vie humaine…

Comment rendre présent ce qui parait absent ? Comment actualiser le mystère de la résurrection dont les Apôtres sont les témoins et que l’Eglise ( ecclesia qui veut dire communauté) tend à être l’expression visible au fil des temps ?

« Cor unum et anima una », un seul cœur et une seule âme (Ac 4,32). Telle est la preuve tangible de la résurrection du Christ décrite par St Luc.
Oui ! Le visage de la première communauté chrétienne rayonne par sa vie de communion, sommet et source d’un monde renouvelé, rajeuni, transformé…
Une vie de rêve ou rêvée ? Utopique pour celui qui se focalise sur sa vie héritée du vieil homme ?
Luc décrit la vie des hommes radicalement transformée grâce cette Bonne Nouvelle : « Le Christ est ressuscité, alléluia ! ». Seulement, de même que le mystère de la résurrection poserait problème à ceux qui n’ont aucune dimension de la vie spirituelle, de même la vie où on mettrait tout en commun n’est pas compréhensible pour nos schémas de vie cloisonnés par l’économie de marché.

Promouvoir la communion est la mission de l’Eglise, et de nos communautés distinctes. La communion n’appauvrit pas, elle enrichit et rend visible le visage du Ressuscité qui est méconnu…

Mais, pas de panique ! Jésus nous a promis un Avocat, un Défenseur, l’Esprit-Saint qui nous enseignera et renouvellera nos corps mortels en corps spirituels ! La Pentecôte est l’anti Babel !

C’est pour manifester cette communion que je nous appelle à faire de la fête du 16 Juin prochain un moment de communion et du témoignage !

Père Dieudonné MASSOMA

EPI précédent

Echo des Paroisses de l’Issole – 04/05/2018