Archives

LE BON PASTEUR

L’image du Bon Pasteur est représentée dans les plus anciennes iconographies des catacombes. Le Christ jeune porte sa brebis sur ses épaules. Le Christ est le bon Pasteur, son autorité n’est pas tyrannique, c’est un service qu’il rend à chacune de ses brebis. Cette image est simple disait le bienheureux Paul VI, elle exprime que le Christ consacre tout son amour à son troupeau et d’une façon spéciale à chacune de ses brebis (25/04/1966)

Suivre le bon Pasteur nous oblige à vivre bien unis les uns les autres, car toute inimitié entre les brebis est un péché contre le Christ. Dans son testament spirituel, Jésus nous presse à cette unité, c’est l’objet de sa prière «Père saint, garde-tes en ton nom que tu m’as donné, afin qu’ils soient un comme nous …

Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi; qu’ils soient en nous, eux aussi, afin que le monde croie que tu m’as envoyé… moi en eux, et toi en moi, pour qu’ils soient consommés dans l’unité, afin que le monde sache que tu m’as envoyé et que tu les as aimés, comme tu m’as aimé.» Là dans la bergerie qui est l’Eglise, le bon Pasteur s’oppose au voleur, aux pasteurs fonctionnaires qui ne travaillent que pour la paye, il s’oppose aux faux messies et aux pasteurs indignes. Dans l’Église du bon pasteur, seuls les pasteurs légitimes revêtus de son autorité sont envoyés par lui. Vouloir conduire le Peuple sans mandat, c’est être un voleur, un mercenaire. Aussi ce qui fonde ici-bas l’unité du troupeau, c’est le pape: car « là où est Pierre, là est l’Église.»

Saint François d’Assise avait une grande foi dans l’Église, et en particulier dans ses représentants: il disait que le Seigneur lui avait toujours donné une si grande foi dans les prêtres qui vivent suivant la manière de la Sainte Église catholique que, «si même ces prêtres le persécutaient, cependant à cause de leur caractère sacré, il continuerait de recourir à eux. Et que même s’il possédait la sagesse de Salomon, il ne voudrait pas prêcher sans leur autorisation. »

Aujourd’hui l’Église prie pour les vocations. Par la bouche du Prophète, Jérémie le Seigneur annonçait :« Je vous donnerai des Pasteurs selon mon coeur (3,15). Aussi Saint Jean Paul Il parlant du manque des vocations disait : « Quand le prêtre vient à manquer, on doit supplier Dieu avec foi et de manière instante afin qu’il suscite de nombreux et saints ouvriers pour sa vigne … car ce serait une erreur fatale de se résigner aux difficultés actuelles et de faire comme si on devait se préparer à une Église de demain qui se trouverait presque privée de prêtres.)> «L’Église ne cessera jamais de prier le Maître de la Moisson afin qu’il envoie des ouvriers à sa moisson.»

Si demain il n’y avait plus suffisamment de prêtres, qui célébreraient l’Eucharistie qui est le coeur de l’Église, qui pardonnerait les péchés. Qui nous ouvrirait les portes du Paradis. D’où l’importance de prier pour les vocations. Quand le Prêtre célèbre dit le livre de l’imitation :« il honore Dieu, il réjouit les Anges, il édifie l’Église, il procure des secours aux vivants, du repos aux morts et if se rend lui-même participant de tous ces biens.»