Archives

Saint Joseph l’époux de Marie, patron l’Église universelle

Aujourd’hui, le culte de Joseph va grandissant à la mesure de celui de sa vénérable épouse la Vierge Marie. Le saint Pape Jean XXIII le 8/12/1962 a inséré le nom de saint Joseph dans le canon de la Messe, il dit de Joseph qu’il “est l’honneur des habitants du ciel, l’espoir de notre vie ici bas. » Dom Guéranger précise que Joseph est « le soutien du monde.»

St Jean Paul II lui a consacré une exhortation apostolique (Fidelis custos.)

Comme l’enseigne la Sainte Écriture, et comme les saints nous le rappellent, les dons de Dieu sont sans repentance. La paternité n’est pas seulement chamelle; c’est à juste titre que Jésus disait à Joseph père! et de même que Jésus fût sur cette terre soumis à son père nourricier.

Saint Luc nous dit qu’a-t-il leur était soumis » la Vierge Marie quant à elle disait au temple “vois ton père et moi te cherchions dans l’angoisse depuis trois jours” ainsi Jésus reste soumis dans le Ciel à son Père Joseph dont les désirs passent pour des ordres à ses yeux.

Déjà dans le livre de la Genèse, au temps de la famine en Égypte Dieu avait choisi le Patriarche Joseph, le fils de Jacob, comme le protecteur de son Peuple. Pharaon disait au peuple qui réclamait du pain « Allez à Joseph.» Annonce prophétique du rôle de l’époux de Marie. Aussi le 8/12 1870 le bienheureux Pape Pie IX reprit à son compte cet ordre de l’Écriture en instituant Joseph Patron de l’Église Universelle pour répondre à la famine spirituelle de son temps. Saint Joseph a sauvé Jésus de la tyrannie d’Hérode, type et image de tous les ennemis de l’Eglise Corps Mystique de Jésus dont Joseph nous protège.

C’est au temps de la Réforme catholique alors que le protestantisme déferlait sur l’Europe que Saint Joseph apparaissait dans notre doyenné à Cotignac à Gaspard Ricard pour soutenir les efforts de la réforme catholique. Les saints de cette époque eurent une grande dévotion envers l’Époux de la bienheureuse Vierge Marie, les jésuites et en particulier les carmes comme la rénovatrice du Carmel en Espagne, sainte Thérèse d’Avila. Dans la Vie écrite par elle même voici comment s’exprime la réformatrice du Carmel proclamée Docteur de l’Eglise en 1970 par le bienheureux pape Paul VI: «Je ne me souviens pas de n’avoir jamais rien demandé à Joseph jusqu’à ce jour, qu’il ne l’ait accordé.

Quel tableau je mettrais sous les yeux, s’il m’était donné de retracer les grâces insignes dont Dieu m’a comblé, et les dangers, tant de l’âme que du corps, dont il m’à délivré par la médiation de ce bienheureux saint

Saint François de Sales, saint Bernardin de Sienne et tant d’autres comme le bienheureux Moreau et le frère André, le vénérable père Arribat mort à la Navarre le jour de la saint-joseph le 19/03/1963 ont aussi chanté ses vertus, jusqu’à nos rois de France qui ont consacré notre Pays au Bienheureux Joseph. C’est la raison pour laquelle nous devons méditer ses vertus qui sont un exemple tant pour ceux qui sont engagés dans le mariage que pour ceux qui sont adonnés à la vie contemplative. Joseph fût à la fois le chef de famille d’une justice parfaite comme nous le signale l’Évangile “erat virjustus,” “C’était un homme juste.” Joseph aimait Marie, modèle de cet amour chaste et fidèle qui doit unir des époux jusqu’à la mort.

Joseph nous prêche la grandeur des travaux obscurs et simples faits sous le regard de Dieu. Joseph prêche les vertus familiales et le respect dû aux personnes, enfin Joseph nous prêche la charité vraie, la résignation dans les épreuves, la soumission à l’autorité, doublée de la prudence, mais surtout Joseph nous apprend la vraie dévotion à son épouse qui est notre mère.

Qu’ainsi donc saint Joseph soit notre guide à la vie et à la mort, qu’il nous accorde en cette vie toutes les grâces dont nous avons besoin. Enfin, demandons-lui la grâce d’être toujours notre père, et le protecteur de nos paroisses.

Amen